Avec son album Rayons Gamma, sorti le 22 octobre dernier, P.R2B s’est fait une place de choix dans le paysage musical français. L’artiste s’apprête à lancer officiellement sa tournée à la Cigale le 23 mars et pour l’occasion, nous avons discuté avec elle de sa passion pour les comédies musicales, sa façon de questionner l’amour et les artistes qu’elle aimerait inviter pour un feat. Extrait de la rencontre publiée dans le numéro 94 de Jeanne Magazine.

Tu as sorti ton album en octobre dernier. Tu vas faire pour la première fois la Cigale en mars. Comment tu vis tout ça ? Et comment tu te prépares pour ce live ? Je vis ça avec une grande joie et une grande impatience. Déjà la Cigale, c’est l’une de mes salles préférées à Paris donc je suis trop heureuse de jouer là-bas. Et ensuite parce que ça fait longtemps que les concerts ne se font pas. Ils se sont pris un coup dur… Pour moi la tournée commence vraiment avec la Cigale, donc c’est doublement émotionnel de faire la vraie première date parisienne et puis c’est aussi la reprise de la vie un peu. Je me prépare à la fois émotionnellement et puis après évidemment je reprends les répétitions pour la tournée de l’album et puis pour cette date. C’est plein de trucs chouettes qui se préparent. (…)

Tu es une grande passionnée de cinéma, tu es diplômée de la Fémis en tant que réalisatrice. Est-ce que tes morceaux te viennent d’abord par des images ? J’écris par l’image. Après, je ne pense pas que l’image telle quelle, c’est ce qui me vient en premier. C’est vrai que souvent c’est quand même les mots et ce qu’ils évoquent. J’aime bien fonctionner par punchlines. C’est-à-dire que tout de suite il y a une phrase qui sonne et qui nous évoque une situation, quelque chose. (…)

Tu avais des inspirations particulières pour les clips que tu as réalisés ? Pour le coup, les inspirations des clips viennent très fort du cinéma parce que j’avais envie, en arrivant avec ces chansons, que ce soit La Chanson du bal ou Des rêves, de raconter un univers dans lequel on rentre où il y a des personnages à l’intérieur, une esthétique… Sur La Chanson du bal, il y avait des références à Peau d’âne de Jacques Demy. Toute cette esthétique-là que j’avais envie de confronter à quelque chose de très moderne avec les télés, etc. C’était un moyen de jouer un peu entre le merveilleux et la dystopie en même temps. Par contre, sur Des rêves, mes références étaient plus Fellini et Gummo, donc un tout autre univers. C’est vrai que je m’appuie quand même sur des références pas mal cinématographiques aussi parce que je suis quelqu’un qui regarde énormément de films. Je suis sûre que ça infuse tellement dans mes chansons que forcément quand il faut ensuite les incarner en images, le cinéma reprend sa place. (…)

Tu as mis en scène une histoire entre deux femmes dans le clip de La Chanson du bal. Tu emploies le mot « gouine » dans Qui sont les coupables. Est-ce qu’au moment où tu écris et où tu mets en scène ces histoires, tu as conscience du geste militant que c’est ? Je pense que oui, j’en ai conscience. Je n’ai pas 60 ans non plus mais je viens d’une époque où à mon adolescence, s’il fallait raconter une histoire universelle c’était forcément un garçon et une fille. Je me suis pas mal battue et confronté avec ça. Ce qui était agréable pour moi, c’est que quand je suis arrivée au moment de réaliser La Chanson du bal, il n’y a pas eu un doute ni même un seul questionnement sur ça. Ça allait être une histoire avec deux filles et puis basta così. C’était quelque chose d’universel et d’amoureux. Ce qui est toujours étonnant c’est de voir à quel point c’est quand même très peu représenté, à quel point on me ramène beaucoup au fait que j’utilise le mot « gouine » dans une chanson… À chaque fois, je le fais avec une certaine désinvolture et je l’assume. Mais je suis à chaque fois surprise d’à quel point il y a quand même beaucoup de vide et peu de choses. J’aimerais bien que ce geste-là puisse ne pas être militant mais il l’est forcément donc ça, je le prends en charge très fort.

(…)

Par Fanny Hubert

www.pr2b.fr
P.R2B sera à la Cigale le 23 mars, toutes les dates de la tournée de P.R2B sont disponibles sur le site livenation.fr

Découvrez l’intégralité de la rencontre en vous procurant le numéro #94 de Jeanne Magazine.

En soutenant Jeanne, vous permettez à toutes les voix lesbiennes de se faire entendre !