Après avoir longtemps cherché des ressources sur la transparentalité pour accompagner son enfant, Claire a décidé d’utiliser son talent de dessinatrice comme support pédagogique pour répondre aux questions de sa fille. Elle a ainsi créé le blog Maman Trans, pour y raconter son quotidien et offrir une approche constructive de partage de connaissances afin d’ accompagner au mieux les enfants de parents trans, dans le respect de chacun.e.s. Extrait de la rencontre publiée dans le numéro de janvier de Jeanne Magazine.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Je suis Claire Lemaire, directrice artistique & auteure de Bd. Femme trans, et parent d’une enfant radieuse de bientôt 10 ans. Enfin je suis en couple avec une femme merveilleuse depuis 4 ans.

Maman Trans

Vous avez créé, Maman Trans, un blog sur lequel vous publiez des dessins d’expériences de votre quotidien avec humour et tendresse. Quel en était l’objectif lorsque vous avez pensé ce blog ? Pour répondre à cette question il faut que je vous donne le contexte dans lequel ça s’est passé et ce qui a suivi. La création de ce blog est la rencontre géniale de 4 hasards. Le premier c’est des recherches infructueuses sur la transparentalité. En tant que parent j’ai cherché en vain des ressources pour accompagner mon enfant. Dans la sphère francophone en tout cas, car j’en ai trouvé en anglais, mais elles ne me convenaient pas pour la barrière de la langue vis à vis de ma fille. J’ai le sentiment que l’écosystème associatif est relativement dense dans le milieu. Mais aucune association n’a pour but de soutenir les parents (trans) et leurs enfants. Il y a quelque chose à créer avec ce but, et les dessins peuvent être vraiment utiles comme support pédagogique. Le second c’est la réconciliation avec le fait que mes dessins valent la peine d’être partagés, surtout grâce au soutien de ma partenaire et de ma fille, et un peu aussi grâce à Instagram.
J’ai (trop) longtemps considéré que mes réalisations n’avaient pas d’intérêt. (…)

Beaucoup d’incompréhensions et de méconnaissances entourent le vécu des personnes trans. Encore plus lorsqu’il s’agit d’expliquer la situation à son enfant. Comment l’avez-vous vécu ? J’ai la forte impression que le fait qu’il y ait des personnes trans qui soient parents est un énorme tabou. En tout cas le traitement médiatique de ce sujet est relativement sensationnaliste, j’en profite pour vous remercier de poser la question de cette manière bienveillante ! Autant être franche, ça n’a pas été simple. Ce qui est à la fois formidable et porteur d’espoir c’est l’ouverture d’esprit dont peuvent bénéficier les enfants. Ma fille a compris avec les histoires métaphoriques sous forme de contes que j’ai dessinés, et où j’ai décrit des maux et des besoins, avec des mots simples. Elle a eu des questions … des tonnes de questions !!! Et elle m’en pose encore aujourd’hui ! Là où elle a bloqué, c’est sur le fait de porter un enfant. Je me rappelle bien notre dialogue, elle estimait que l’on ne pouvait pas (je cite) « être une femme ‘en entier’, si on ne portait pas d’enfant ». Je lui ai fait part de mon regret de ne pas l’avoir portée, Elle, et qu’effectivement je ne pourrais pas porter d’enfant. Elle m’a dit quelques mots gentils, comme pour s’excuser, ce qui m’a montré, encore une fois, à quel point elle tient à moi. Ce qui est drôle en y repensant c’est l’aspect de nos dialogues. Mila a un caractère extrêmement déterminé. Dans nos échanges elle essayait toujours de me coller, d’avoir le dernier mot sur le fait de la plausibilité de ce que je suis. En fait, j’ai dû la convaincre que je n’étais pas un conte ! De mon côté j’ai été remise en question par des démarches administratives relativement agressives et négatives à mon encontre. Ce qui est vraiment affreux c’est que l’on vous sème le doute sur votre aptitude à être parent. Or on transmet à nos enfants ce qui nous semble juste et important, et cette incursion extérieure d’autorité sur nous vis à vis de nos enfants, est vraiment extrêmement perturbante. Je pense que le ‘travail’ de parent est déjà à temps plein de la remise en question, si en plus on vient vous demander des comptes sur qui vous êtes ! Au final c’est kafkaien : justifiez vous d’être qui vous êtes ! (attention au festival de clichés attendus pour y répondre !)

Comment a réagi votre fille et quelles ont été ses questions ? A un moment j’ai dû me lancer. Je ne pouvais pas mentir à ma fille plus longtemps. Bizarrement je ne me souviens pas d’avoir appréhendé sa réponse. Avant les dessins, je lui ai présenté les choses avec le plus de réalisme qu’un enfant de 4 ans peut comprendre.
J’avais un exemplaire de Candy qui consacrait un dossier à Andreja Pejić (mannequin égérie de Jean-Paul Gaultier à l’époque).
Mila dessinait à côté de moi. Je lui ai montré une photo où Andreja est vraiment ultra canon.
Je lui ai dit :
– Tu as vu cette femme ?
– Oui
– Elle est belle hein ?
– HumHu
– Avant c’était un garçon.
Là, elle a fait une pause, a regardé la photo, m’a regardé, a regardé la photo, puis elle a repris son dessin et à dit : « Oui, Ben maintenant c’est une fille ».
Voilà c’était aussi simple que ça pour elle. Enfin au début, après ça s’est compliqué de questions et de situations quotidiennes. Aujourd’hui elle me soutient avec sa tendresse d’enfant, et c’est tellement agréable d’être aimée de cette façon! Elle a encore des questions, mais plus de réserve, c’est sa délicatesse. (…)

Quels sont les retours des personnes qui découvrent vos planches et votre blog pour la première fois ? Les retours que je reçois sont vraiment très encourageants ! C’est souvent par messagerie que des dialogues se tissent, avec d’autres parents trans, qui apprécient et me racontent à leur tour leur histoire. C’est pas toujours évident de les soutenir parce qu’il y a beaucoup de souffrances vis à vis de la distance qu’on leur impose d’avoir avec leurs enfants. Je trouve ça vraiment cruel, de la part d’organismes qui sont censés soutenir des enfants de les éloigner de leur parent qui les aime parce que trans. Ça a l’air bisounours dit comme ça, je m’en rends compte, sauf que c’est d’une injustice incroyable. Enfin il y aussi les parents qui me remercient parce que grâce à ça ils/elles vont pouvoir expliquer ce qu’est la transidentité à leurs enfants !

(…)

Photo : Marie Rouge – mamantrans.wordpress.com

Retrouvez l’interview en intégralité dans le numéro de janvier de Jeanne MagazineN’oubliez pas qu’en vous abonnant à Jeanne, vous permettez à votre magazine 100% lesbien de continuer à vous proposer plus que 80 pages de contenu exclusif chaque mois !