Le LezArt Festival, organisé par le collectif The Lez Team, est de retour pour sa troisième édition les 26 et 27 août prochains à Vicq-sur-Gartempe dans la Vienne. Cici et Sandra nous présentent la nouvelle édition de cet événement qui œuvre avant tout à « visibiliser notre communauté à travers les arts« . Rencontre.

Cette année marque la 3è édition du LezArt festival. Pouvez-vous revenir sur les motivations à l’origine du festival ? Ont-elles évolué au fil des ans ? L’idée de faire un festival lesbien pluridisciplinaire est venue en mars 2020, lors du premier confinement. On se doutait bien que nos activités solidaires et participatives avec The LezTeam seraient interrompues, et sans connaître l’échéance d’une reprise, on a mis notre temps au service du projet LezArt Festival.
The LezTeam, notre collectif national lesbien, regorge de talents et depuis 2017, la diversité des publications sur le groupe Facebook n’a cessé de mettre en lumière toutes les formes d’arts (graphiques, photographiques, musicales, artisanales etc.). Nos membres ont des projets artistiques à défendre et à visibiliser, nous avons donc sans aucune hésitation commencer à réfléchir à un format de festival pérenne. Nous le voulions bienveillant, performant, dans un cadre exceptionnel à la nature généreuse et en dehors des grandes villes.
Le challenge de départ a été triple : promouvoir une scène queer amatrice avec des moyens techniques pros, trouver un endroit en ruralité inclusif qui permettrait la tenue d’un événement safe et financer le projet sans aucune aide extérieure. Dès la première édition le succès fut au rendez-vous. Le public a passé deux jours inoubliables, découvrant un événement artistique complet et très intimiste. On pouvait lire la joie sur les visages, se retrouver, faire connaissance, en toute sécurité.
Pour la deuxième édition, en 2021, nous avons pu structurer davantage, grâce à l’aide de nos allié·e·s issu·e·s du milieu de la production et de la musique. On a vraiment voulu, cette fois, faire un combo, mélanger les artistes de notre collectif avec des artistes de renom comme Mademoiselle K, Fredrika Stahl ou encore Namoro. Ce fut à nouveau un succès, tant au niveau de la fréquentation (malgré le covid) que de la dynamique qu’a pu insuffler le festival au sein même de notre communauté lesbienne/queer.
Aujourd’hui, avec cette troisième édition, le LezArt Festival prend vraiment son envol. Il est déjà reconnu comme un événement incontournable de la scène queer française. Nous avons travaillé neuf mois en amont à la réalisation de cette édition, un travail passionnant de patience et de feeling, des heures passées sur la toile à découvrir des dizaines d’artistes, à écouter leurs albums, à entrer en contact avec leur boîte de production, manageur·euse, pour enfin valider ensemble leur venue. Ça a été un super kif de tomber comme par miracle, perdu·e·s dans la tentaculaire toile du net, sur le profil de certain·e·s artistes, aujourd’hui programmé·e·s pour cette nouvelle édition. Des diamants à l’état brut qui sans nul doute portent des projets artistiques de qualité, vous verrez certains noms seront très bientôt très connus de tous·tes.
Alors oui nos motivations ont évolué au fil des années, toujours pour donner le meilleur au public, toujours pour aller de l’avant et rassembler un maximum de personnes sous un drapeau commun qui est celui de la diversité et de la tolérance, et toujours pour visibiliser notre communauté à travers les arts.
Un grand merci à tous nos bénévoles (plus de 60 cette année), aux festivalier·ère·s et à nos ami·e·s qui soutiennent le festival et nos projets depuis six ans.

Pouvez-vous nous présenter les moments forts et les intervenant·e·s de cette nouvelle édition du festival ? Nous sommes très fièr·e·s de cette nouvelle édition, car elle représente l’inclusivité et la visibilité des personnes LGBT+ en milieu rural. Deux notions que nous défendons avec cœur.
La programmation scénique sur les deux jours est absolument incroyable, nous découvrirons du slam, des lectures engagées féministes, des performances de drag king, des lives set, des groupes, des solos aussi, de l’électro, des DJ etc.
Dès le vendredi 26 août après-midi, on vous embarque avec des artistes comme LaPhilantrope, Mélodie Lauret, Grande, Toybloïd et un live set jusque tard dans la nuit de Soul of Bear. Des moments de pause permettront aux festivalier·ère·s de visiter la salle d’exposition, d’échanger avec les artistes et exposant·e·s, et de flâner sur la marketplace du festival, qui réunit cette année plus de 40 exposant·e·s.
Le samedi soir, on se fait une vraie joie d’accueillir un DJ set de la Queen des Queen Barbara Butch. Louisa Donna a également rejoint notre programmation ainsi que de nombreux artistes. C’est en tout, plus de 20 heures de son sur le week-end !

Quels sont vos projets pour la suite ? Chaque année, nous continuerons de proposer le LezArt Festival, qui est un moment festif et culturel pour la communauté.
Ensuite, nous sommes sur le point de concrétiser le projet de notre écolieu « Village aux dames ». Après un an et demi, tous les voyants sont au vert pour faire l’acquisition du bien sous forme de coopérative d’habitantes. Toutes les activités inhérentes à ce projet se développeront dans les six premiers mois de son existence.
Et bien sûr, The LezTeam, notre collectif lesbien et la genèse de toutes nos actions, tiendra lieu de fil conducteur, en se réinventant autant de fois que nécessaire pour créer aux quatre coins de France des événements de solidarités entre femmes !

LezArt Festival, les 26 et 27 août à Vicq sur Gartempe (86)

Soutenir les initiatives lesbiennes, c’est soutenir notre visibilité, notre existence. En rejoignant Jeanne, vous appartenez à une communauté qui fait bouger les lignes.