Avec Je suis lesbienne, et alors ?, Candice O-V vous invite à la suivre dans les étapes constructrices de son identité lesbienne. Si cet essai est autobiographique, il est surtout une réflexion générale de notre rapport à la lesbianité. Truffé de références et de questionnements sur notre société, Je suis lesbienne, et alors ? est une porte qui ouvre à la découverte de soi. Rencontre.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Je m’appelle Candice O-V, j’ai 36 ans, je suis lesbienne, je suis née en Corse et j’y ai vécu jusqu’à mes 30 ans. J’ai fait des études supérieures en Littérature française à l’Université de Corse, puis j’ai passé trois ans à Nice et je réside actuellement à Paris.

Quelles raisons ont motivé l’écriture de cet essai autobiographique ? J’avais l’envie profonde de partager mon histoire et mes réflexions sur notre société : découvrir ma lesbianité et l’accepter a été pour moi un long parcours et j’ai voulu décrire toutes les épreuves par lesquelles j’ai dû passer. Être lesbienne dans une société hétéronormée c’est déjà faire un pas de côté et c’est surtout une force ! Cet ouvrage s’adresse aux membres de la communauté LGBTQIA+, mais pas que : en l’écrivant j’ai également pensé aux membres de nos familles, à nos collègues de travail, à nos connaissances, à tou·te·s celleux qui sans forcément s’en rendre compte, ou délibérément parfois, continuent de nier nos existences, de nous marginaliser ou encore de nous infantiliser, voire de nous menacer… Nous devons en finir avec ce mépris et ces violences, et ce livre est ma petite pierre à l’édifice de la lutte contre la lesbophobie et le sexisme.

Votre essai est une ode à la découverte de soi et au-delà, à l’acceptation de soi. Quels ont été les obstacles les plus compliqués à surmonter pour vous dans ce chemin ? Lorsque j’ai compris que j’étais lesbienne, mon premier réflexe a été de cacher ce que je ressentais et de faire comme si j’étais la parfaite hétéra. Je ne voyais que des hétéros autour de moi et je pensais vraiment être la seule lesbienne au monde ! Je me suis donc forcée à rentrer dans le “moule” : j’ai fréquenté des garçons, comme les autres filles de mon âge… Puis à 18 ans, alors que j’aurai dû vivre des expériences lesbiennes, j’ai rencontré celui avec qui j’allais passer 9 ans et me marier… C’est seulement à 28 ans que j’ai décidé d’être pleinement moi-même, je l’ai quitté, nous avons divorcé et j’ai enfin fait mon coming out auprès de ma famille. Ce fut une vraie libération et j’ai senti que je me dirigeais enfin vers mon bonheur ! Heureusement, tous les membres de ma famille ont très bien réagi, avec tout de même un petit temps d’adaptation : le dialogue et le fait de me voir enfin heureuse ont fini de les rassurer sur ma nouvelle vie.

Quelle a été la première bouée à laquelle vous vous êtes accrochée et qui vous a donné la force d’assumer votre réelle identité ? Un déclic en particulier ? En Corse, où j’ai vécu la majeure partie de ma vie, il n’y a pas de bar lesbien, ni de lieu de rencontres LGBTQIA+, donc je ne pouvais me rendre nulle part, ni trouver de modèles auxquels m’identifier… Il y avait seulement quelques livres, quelques films à la TV et puis heureusement la série The L Word est arrivée lorsque j’avais 19 ans ! Internet n’était pas encore ce que l’on connaît aujourd’hui, donc comme je l’explique dans mon livre, le moindre “indice lesbien” dans des chansons, dans des films ou téléfilms, était primordial pour moi et m’offrait la preuve que je n’étais pas la seule à ressentir ce que je ressentais au fond de moi !

Le déclic viendra surtout de ma vision de la vie qui a évolué : je ne croyais plus en un au-delà, et c’est à 28 ans que j’ai pris la décision d’être heureuse ici et maintenant, de cesser de m’autodétruire et d’arrêter de cacher ma réelle identité ! J’avais déjà passé beaucoup trop de temps “au placard”, ce temps-là ne pourrait pas être revécu… En revanche, je me suis promis de vivre en étant pleinement moi-même le reste de ma vie : c’est-à-dire lesbienne au grand jour et heureuse autant que possible !

Avec le recul, comment qualifieriez-vous les étapes décisives et constructrices de votre identité actuelle ? Je suis souvent dans l’introspection, mais malgré cela, il m’a fallu de nombreuses années pour comprendre exactement ce que j’avais traversé et pourquoi les choses se sont passées ainsi, mon livre en est le témoignage. Il y a ce que l’on ressent, la manière dont les choses se déroulent et puis il y a tout ce qui nous environne, c’est-à-dire la société et ses injonctions ! Tout cela nous traverse sans cesse et nous en sommes plus ou moins conscient·e·s. Nous sommes façonné·e·s par le milieu dans lequel nous naissons, par la culture à laquelle nous appartenons et il n’est pas toujours évident de s’en extraire si nous ne parvenons pas à y être pleinement nous-même et heureu·x·se. Nous vivons dans une société patriarcale hétéronormée et aujourd’hui encore il est difficile, voire dangereux, d’assumer sa lesbianité pour certaines d’entre nous… Je refuse cet état de fait et c’est le combat que je mène aujourd’hui avec mon livre Je suis lesbienne, et alors ?.

Je suis lesbienne, et alors ? de Candice O-V disponible sur amazon.fr

Soutenir les initiatives lesbiennes, c’est soutenir notre visibilité, notre existence. En rejoignant Jeanne, vous appartenez à une communauté qui fait bouger les lignes.