Innamo d’Aïsa

18.00

Le pitch :  » Une ceinture marron cintre sa longue veste, Innamo la caresse au travers de ses gants en cuir. Adossée aux pierres froides d’une façade, elle observe le groupe de marginaux plus loin. L’un d’entre eux se détache, elle s’avance et l’embrasse. Quelque chose glisse de main en main, et ses talons claquent déjà sur les pavés. Sculptrice sur marbre nourrie d’une passion pour les femmes, Innamo détonne dans le milieu de l’ombre. Elle sillonne la capitale avec son amante en perfecto et un trentenaire dandy jusqu’au jour où elle est témoin d’une scène qui lui retourne la poitrine. A nouveau propulsée dans un monde orageux, Innamo trébuche entre les bourrasques. Des adolescentes tristes ou pétillantes sur les trottoirs, un photographe de nus monochromes, un tatoueur efféminé aux lèvres écarlates, une bourgeoise inconnue et un précieux frère de rue se croisent dans un tourbillon mortifère. » (Editions Les Amazones)

Catégories : ,

Description

Description

Raphaëlle Raballand vient de créer sa maison d’édition, Les Amazones « un pied de nez au géant de l’industrie du livre ou encore une fervente embrassade à la cause féministe » nous dit-elle dans l’interview qui suit avant de nous présenter Innamo – Dessein de rouille d’Aïsa, sa première publication, qui a pour héroïne, une jeune sculptrice lesbienne. Extrait de l’interview publiée dans le numéro de juin de Jeanne Magazine

Comment est née l’idée de créer votre maison d’édition ? C’est un projet que je mûri depuis déjà quelques années. Avide de nouvelles aventures, j’ai toujours eu le besoin de partir à la conquête de L’Autre, et quoi de mieux que de passer par la découverte d’écritures oubliées, malmenées ou encore inexplorées. C’est sans doute davantage cette curiosité enfantine, ce besoin de chasse aux trésors qui a tout déclenché.

Pourquoi ce nom « Les Amazones » ? Une question qui revient souvent. Certains pourront y voir un pied de nez au géant de l’industrie du livre ou encore une fervente embrassade à la cause féministe. En réalité, ce nom s’est imposé comme une évidence et mon expérience dans ce milieu étonnant, parfois déroutant, de l’édition, où les femmes doivent batailler plus dur pour se faire reconnaître ou juste considérer, n’a fait que renforcer mon choix. (…)

Parlez-nous d’Innamo – Dessein de rouille, votre première publication qui a pour héroïne un personnage lesbien… L’histoire de la naissance d’Innamo, c’est avant tout la rencontre avec une jeune et talentueuse amoureuse des mots, Aïsa (d’ailleurs comme elle l’explique, Innamo est le diminutif d’Innamoramento ce qui signifie « Amour naissant » en italien). Ce qui m’a séduite dans un premier temps, c’est cet esthétisme, cette poésie particulière autour de cette jeune sculptrice italienne lesbienne aux mœurs exotiques puisque vivant de son petit commerce d’héroïne et d’amours saphiques, donc en marge de ce que le public connaît. (…)

Retrouvez l’interview de Raphaëlle Raballand en intégralité dans le numéro de juin de Jeanne Magazine

Avis (0)

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Innamo d’Aïsa”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *